Interview du Pr. Sonia ALAMOWITCH

Interview du Pr. Sonia ALAMOWITCH

Les 29 et 30 octobre 2014, le Pr Sonia ALAMOWITCH et son équipe, dans le cadre de la journée mondiale contre l’AVC,  se sont mobilisées pour sensibiliser le grand public sur les gestes qui sauvent contre l’Accident Vasculaire Cérébral.

Quels sont les deux types d’AVC ?

Il existe deux types d’AVC : l’infarctus cérébral (80 % des cas, artère qui se bouche) et l’hémorragie cérébrale (20 % des cas, artère qui se rompt). Un traitement spécifique peut être administré dans l’infarctus cérébral (thrombolyse), il permet la désocclusion de l’artère cérébrale et la récupération sans séquelle chez de nombreux patients. Cependant, il doit être administré dans les 4h30 suivant l’installation des symptômes, le traitement sera d’autant plus efficace qu’il sera donné tôt. Il faut par conséquent agir vite, plus on intervient tôt plus on limite les conséquences de l’AVC. La prise en charge dans une unité spécialisée en neurologie vasculaire améliore les chances de récupération et permet de mettre en place des mesures efficaces pour éviter une rechute après un premier AVC. Enfin, l’AVC n’est pas une fatalité, un des facteurs important qui augmente votre risque d’AVC est l’hypertension artérielle. Il est crucial de se faire dépister par un geste simple : une prise de tension artérielle auprès de votre médecin. Si les chiffres sont au-dessus de 140/90 mm Hg, c’est que vous avez probablement besoin d’un traitement.

Quels sont les réflexes à avoir en cas d’AVC ?

La première chose est de le reconnaître. Il se caractérise par une paralysie brutale (perte de la force d’un côté sur la moitié du corps : bras, jambe, déformation de la bouche), une altération du langage, ou des troubles de la vision, plus rarement un mal de tête très violent et très brutal. Il est important de noter l’heure de constatation des troubles puis d’alerter immédiatement les secours en composant le 15 en expliquant ce que vous avez constaté et que vous suspectez un AVC. Le patient est adressé alors directement dans un hôpital avec service spécialisé dans l’AVC. La réalisation d’une imagerie cérébrale est une étape initiale pour déterminer le type d’AVC et la nature du traitement à administrer.

 Photos: Jean-Philippe ROBIN